mardi 13 septembre 2011

Un dollar déchiré


Ma mère aimait beaucoup Yoland Guérard. J'ignore si elle admirait autant ses talents de comédien ou de chanteur populaire dont elle ne parlait jamais, mais elle adorait sa voix de basse, profonde, puissante comme un grand vent chaud.


Conservatoire de musique du Québec, Variétés lyriques, Disciples de Massenet, South Pacific, Grand Opéra de Montréal, Festival de Stratford, Orchestre symphonique de Montréal, Opéra de Marseille, Académie d'Art lyrique, ma mère suivait sa carrière classique avec beaucoup d'intérêt. Quand elle en avait la chance, elle assistait aux opérettes et aux opéras dans lesquels on pouvait l'entendre : Don Giovanni, Barbier de Séville, La Bohème, Carmen, Les Mousquetaires du couvent; La vie parisienne...

Un jour, elle a eu la chance de le rencontrer. Je sais peu de choses de cet échange, juste que Yoland Guérard avait dit à ma mère que s'ils se rencontraient à nouveau un jour, il saurait la reconnaître. Mais comment en avoir la certitude, avait-elle demandé.

Yoland Guérard avait alors déchiré un dollar et en avait remis une moitié à ma mère : ce serait leur signe.

Ma mère est morte ce printemps; bien des souvenirs ont été effacés à jamais. Mais il reste encore ce dollar déchiré, témoignage de cette rencontre, pour elle mémorable.



Sources pour la biographie de Yoland Guérard : Wikipedia, et Richard Baillargeon.

1 commentaire:

  1. bien touchant ce petit témoignage...Yoland Guérard était un ami de mon père, aujourd'hui décédé...c'était un homme gentil et aujourd'hui c'est moi qui l'écoute chanté en souvenir d'une certaine époque de mon enfance...

    portez vous bien x

    RépondreSupprimer

Vous laissez un petit mot?

Pour partager