samedi 22 mai 2010

Monument André L'HEUREUX


Lot 1A26

André Luc Marc L'Heureux, fils de Camille et de Irène Pilon, est né à Hull le 4 octobre 1931 et a été baptisé le surlendemain, à Notre-Dame-de-Grace de Hull. Son parrain a été Marian Tomaro, oncle, et sa marraine, Gracia Pilon, épouse du parrain.


À Saint-Jean-Baptiste d'Ottawa, le 25 juin 1955, il épousait Suzanne Mathieu (Albert et Clara Charlebois).
Études en sciences économique et politique à l'université d'Ottawa. Au début des années 50, bûcheron, mineur à Murdochville. Séjour en Angleterre en 1955-57.  1957 à 1960, secrétaire général de la Fédération nationale des étudiants des Universités du Canada (FNEUC). Un des principaux organisateurs dans la grève des étudiants des universités du Québec, pour la gratuité scolaire, en 1958, qui donne lieu au siège du bureau de DUPLESSIS. Engagé en 1960 comme secrétaire administratif tu ministre de la Jeunesse, Paul Gérin LAJOIE. Devient en janvier 1962 secrétaire fédéral adjoint du NPD, prêté en février 1963 au NPD-Québec. Partisan de la création du PSQ, en juin 1953 où il est élu secrétaire exécutif jusqu'en décembre 1963. En janvier 1964, engagé comme adjoint au secrétaire général de la CSN, Marcel PÉPIN. À partir de 1967-68, il est coordonnateur de l'action politique à la CSB. En 1970, il agit comme secrétaire des colloques régionaux intersyndicaux d'action politique. Élu en 1976 vice-président de la CSN [vice-président jusqu'en 1980].





En terminant, voici un hommage de Bernard Landry, lors d'un débat à l'Assemblée nationale, le mardi 4 mai 2004 :
La convention collective, c'est l'intérêt immédiat des membres du syndicat ― le salaire, le fonds de pension, les horaires, les systèmes de plaintes et de griefs, s'il en faut ― mais un grand syndicat vraiment social-démocrate doit aller au-delà de la convention collective. Et c'est ce que les syndicats québécois ont fait très souvent.
Je donne des exemples historiques célèbres. Savez-vous que l'extraordinaire Régime d'assurance automobile que nous avons aujourd'hui ― et on a vu le destin réservé à ceux qui ont voulu le mettre en cause ― est né à la CSN? C'est un permanent syndical, auquel je veux rendre hommage aujourd'hui ― il est décédé il y a quelques mois ― il s'appelle André L'Heureux, avec des gens du monde de l'assurance, des actuaires en particulier, qui ont conçu le régime que nous avons, qui l'ont mis sur le marché des idées, si je puis dire, qui en ont fait la promotion. Le parti auquel j'ai l'honneur d'appartenir s'en est saisi, et c'est à cause de ces efforts et de cette vision progressiste du Québec, parce qu'il ne s'agissait pas, là, de fixer des conditions de travail, il s'agissait de faire en sorte que de malheureux accidentés de la route soient indemnisés... est venu de la CSN.

Sources :
Notre-Dame-de-Grâce de Hull, co. Hull, 1931, F129V, B411
BMS2000, V13, # 8 791 146

Roch Denis, Luttes de classes et question nationale au Québec 1948-1968 Quatrième partie : Crise et scissions, Montréal, Les presses socialistes internationales; Paris, Études et documentation internationales, 1979, 601 pages; édition numérique, p. 165. 
Caroline Cyr, «L'affaire Belmoral», Criminologie, vol. 21, no 1, 1988, p.83-94.
La Presse, Rubrique nécrologique, semaine du 24 novembre 2003

Communiqué de presse de la CSN
Les travaux parlementaires, 37e législature, 1re session (du 4 juin 2003 au 10 mars 2006). Journal des débats, le mardi 4 mai 2004, vol. 38, no 67.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous laissez un petit mot?

Pour partager